MesParcelles : intégration d’une solution décisionnelle sur les stades et maladies du blé

  30.09.2019 Application métierExpertise

Points-clé

  • Un outil d’aide à la décision sur les stades et maladies du blé
  • L’agrégation de différents contenus avec des données provenant de tiers de confiance
  • La mise à disposition d'un écran synthétique de consultation des données 
  • Des informations envoyées par email et / ou par SMS

Avec plus de 30 millions de tonnes produites chaque année, le blé tendre est l’espèce la plus cultivée en France, faisant du pays le 1er producteur et exportateur d'Europe. Face aux enjeux économiques, environnementaux et pour poursuivre la cadence de production, il est déterminant que les conseillers agricoles puissent apporter des réponses efficaces et sur-mesure dans chacune des très nombreuses situations pédoclimatiques et agronomiques. 



Dans ce cadre, la Chambre d'Agriculture d'Ile de France a établi un partenariat avec ARVALIS pour la mise en place d’un outil d’évaluation des stades et des maladies du blé et mis à disposition du réseau des Chambres. Ce modèle de prévision a été construit sur les relevés datant de plus de 20 ans et bénéficie d'améliorations à chaque campagne. Les équipes Atol CD ont pour mission d’intégrer cet outil d'aide à la décision au sein de l'outil MesParcelles. 

Les enjeux

L’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture (APCA) fédère des établissements publics dirigés par des élus dont la mission est de représenter l’ensemble des acteurs du monde agricole et rural. L’APCA défend les intérêts du monde agricole et mène en parallèle une mission de développement agricole. 

Les Chambres d’Agriculture ont une nouvelle fois renouvelé leur confiance à Atol CD afin d’intégrer les modèles prévisionnels d’ARVALIS dans leur SI pour fournir un outil d’aide à la décision aux utilisateurs et conseillers.

La solution

ARVALIS propose une API complète basée sur un modèle de données recensant les différentes maladies du blé selon leur localisation sur le territoire français.

Avant toutes choses, rappelons que l’interopérabilité c’est la capacité des matériels, des logiciels ou de protocoles différents à fonctionner ensemble et à partager des informations.  

L’interopérabilité est une problématique très présente aujourd’hui, et c'est en quoi consiste tout le challenge de ce projet.

MesParcelles possédant également sa propre API embarquée sur un serveur Jetty, il est pertinent de faire fonctionner/communiquer les 2 systèmes pour faire transiter l’information

  • à la remontée des données : envoi des informations parcellaires 
  • à la redescente : récupération des données calculées pour chaque parcelle

Afin que le calcul soit le plus exact possible il est nécessaire de transmettre le maximum d’informations terrain. Le schéma d’interaction entre les différents acteurs et le workflow qui en découle est constitué de la manière suivante :


Le flux de données transite via des requêtes HTTPS en REST. La communication ne se faisant que dans un sens (c’est uniquement le serveur MesParcelles qui envoie les données et qui va chercher les résultats), la problématique d’authentification ne se porte que pour l’accès au serveur Arvalis.

Le processus de redescente des données a été automatisé via un CRON intégré dans l’API de service de MesParcelles. Les données retournées sont sous format JSON. Ces résultats intègrent les stades prévisionnels de la culture ainsi que les risques de maladies (Piétin verse, Septoriose, Rouille jaune, etc…).

Valorisation des données

La restitution des données

Une fois le processus de synchronisation terminé, l’objectif était de mettre à disposition de l’utilisateur un écran synthétique de consultation des données calculées par Arvalis. La restitution des données se fait sous forme d’une frise chronologique représentant les degrés de risque pour chaque maladie et chaque parcelle à la date du jour.

A partir des données brutes fournies par Arvalis, il est possible de déduire le stade végétatif actuel pour chaque parcelle de blé. 

Historisation des données et exploitation

Les données étant récupérées chaque jour, il est donc possible de les historiser et de les agréger pour en retracer l’historique. Atol CD a pu mettre en œuvre une fenêtre d’historique des données pour une parcelle. Cet historique est construit dynamiquement en svg sur une période de 2 mois en visualisation directe. L’utilisateur a également la possibilité d’avancer ou de reculer sa fenêtre de visualisation dans le temps au moyen d’une barre de défilement placée sous le graphique.

Au-delà des maladies, nous avons également mis en œuvre un tableau permettant de suivre le passé et le futur des stades de la culture ainsi que du risque de maladie pour les différentes parcelles.

Cette fonctionnalité permet aux utilisateurs de prévoir le futur concernant les visites de contrôles ou les différents traitements nécessaires pour les maladies des cultures mais également de retracer l’historique des préconisations fourni par Arvalis ainsi que le développement de la culture dans le temps.

Une touche de décisionnel

L’informatique décisionnelle désigne les moyens, les outils et les méthodes qui permettent de collecter, consolider, modéliser et restituer les données, matérielles ou immatérielles, en vue d'offrir une aide à la décision et de permettre à un décideur d’avoir une vue d’ensemble de l’activité traitée. (source : Wikipedia)

Pour aller plus loin, l'équipe Atol CD a mis en oeuvre une solution permettant de prendre la bonne décision le plus rapidement possible et cela via les moyens de communications les plus couramment utilisés aujourd'hui, c'est-à-dire par envoi d'emails et de SMS.

Ce choix a été préféré car nous ciblons à la fois des utilisateurs exploitant uniquement MesParcelles avec un ordinateur et également les utilisateurs mobiles qui peuvent recevoir l’information de 2 manières différentes.

Concernant les emails, chaque écran présenté précédemment est disponible sous format PDF. L’envoi de l’email est paramétrable : choix de la date de début d’envoi, périodicité, possibilité de transmettre un commentaire qui sera intégré dans le PDF généré, etc…


Pour ce qui est des SMS, le choix s’est porté sur le fournisseur OVH qui met à disposition également une API de service permettant l’envoi de SMS. Chaque jour, une procédure de vérification des risques est lancée, si un traitement est nécessaire dans les 3 prochains jours alors l’utilisateur est averti des parcelles présentant un risque et les maladies associées.

Être au plus près de la réalité

Le modèle d’Arvalis peut se montrer encore plus précis si on prend en compte la pluviométrie réelle pour chaque parcelle. Arvalis fournit les données selon une moyenne de la pluviométrie de la zone géographique de la parcelle. En effet, certaines maladies vont survenir plus ou moins tardivement selon la pluviométrie enregistrée. Il en va de même pour les différents stades de la culture en place. Un module de saisie des pluviométries a donc été créé à cet effet. Il permet pour une parcelle de renseigner la pluviométrie selon une date, puis cette information est transmise en temps réel à Arvalis qui pourra prendre en compte cette donnée pour le calcul du lendemain et affiner ses résultats.

Conclusion

L’ouverture des différents systèmes d’informations et l’interopérabilité sont devenues essentielles aujourd’hui pour la diffusion et le partage d’informations. L’agrégation de différents contenus permettant d’enrichir une application selon des thématiques bien précises avec des données provenant de tiers de confiance, apporte une valeur ajoutée non négligeable. Au-delà de la récupération d’informations, il faut voir avant tout un échange d’informations. Dans ce cas, Arvalis fournit les stades et les risques pour la culture blé, en contrepartie l’APCA transmet des relevés pluviométriques précis au travers des utilisateurs MesParcelles pour enrichir leur modèle de calcul.

Cette interopérabilité MesParcelles/Arvalis est le fruit d’un partenariat constructif basé sur l'échange d'informations et de savoirs, constituant ainsi un véritable cercle vertueux.

 

Use Case rédigé par Bruno Cargnelli, Chef de projet Pôle Agri-Agro // équipe MesParcelles